Analyse scientifique des OBE et autres

Publié le par нар хиртэлт

Qui implique que OBE ne sont que des désorientations psycho-sensorielles

 

 

Ursula Voss, psychologue spécialiste du sommeil à l'Université Goethe de Francfort (Allemagne), et son équipe ont procédé à une série d'expériences sur 27 hommes et femmes pour y voir plus clair.

Après trois minutes de sommeil paradoxal ininterrompu, les chercheurs envoyaient à travers le crâne un faible courant électrique dans les zones frontales et temporales du cerveau, un procédé indolore.

«Nous avons utilisé différentes fréquences pour stimuler le cerveau: un simulacre (aucun courant électrique), 2 Hz, 6 Hz, 12 Hz, 25 Hz, 40 Hz, 70 Hz, et 100 Hz», a expliqué Mme Voss à l'AFP.

Peu après, les patients étaient réveillés et interrogés sur leurs rêves, toujours en «double aveugle» (ni l'expérimentateur, ni le sujet ne connaissent les paramètres utilisés).

Lorsque la fréquence utilisée était de 25 Hz ou 40 Hz, dans la limite inférieure du spectre des fameuses ondes gamma, la plupart des cobayes affirmaient «s'être vus eux-mêmes de l'extérieur», comme un spectateur qui se regarderait agir «sur un écran», résume la chercheuse.

«Ils disaient aussi souvent qu'ils avaient conscience d'être en train de rêver», souligne-t-elle, précisant: «le phénomène que nous rapportons dans notre étude n'a été observé que pour 25 Hz et 40 Hz».

«Lorsqu'ils étaient stimulés à 25 Hz, nous avions de meilleurs scores sur le contrôle du déroulement du rêve, ce qui signifie qu'ils parvenaient à modifier leurs actions oniriques délibérément».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article