Samedi 09.12.2017 Sebastien Fazan et D. Anner

Publié le par нар хиртэлт

Samedi dans la séance de respiration de S.F. je me suis donné à fond. On y était allé presque avec plusieurs proches, c'était amusant.  

J'ai adoré la respiration holotropique la première fois que je l'ai fait, puis en pratiquant au fur et à mesure je trouve cela difficile de respirer pendant si longtemps. Cela me dessèche la bouche horriblement. Donc les 15 premières minutes je trouve cela très difficile.

Je n'expérimente pas de grosses régressions de départ dans des mondes autres, comme on peut lire ici et là etc.

Le plus souvent je me sens collé au plancher, parfois avec des soubresauts et des tremblements. Sébastien dit qu'il s'agit d'émotions, c'est possible.

C'est peut être uniquement des effets de l'hyperventilation, toux sèches et irritations de la gorge qui subsistent longtemps après avoir terminé l'exercice. Un sentiment de narcose aussi...

Je propose ci-dessous des pistes sur les aspects de l'hyperventilation.

Un des participants de la séance s'est endormi en hyperventilation et ensuite s'est réveillé (s'est-il endormi ou a t'il eu une petite perte de conscience?) et s'est retrouvé sur le partenaire à côté de lui un jeune homme tout chou.

Le ressenti comme toutes ces dernières fois, c'est que mon corps devient lourd comme collé, enfoncé dans le plancher.

A chaque fois il me semble que à partir de la mi-cuisse jusqu'au genou- l'énergie ne circule plus beaucoup. Il me vient pendant la séance des sensations d'être amputé au niveau des genoux. Et aussi une tristesse immense. Puis la séance se poursuivant je me retrouve à m'identifier à un aigle ou un oiseau qui vole au dessus d'un territoire ressemblant au Kirgizstan..et là une sensation de liberté et de grand bonheur tout en étant conscient d'être amputé des deux jambes au niveau des genoux. Des larmes coulent.

Le matin déjà je sentait que j'avais beaucoup d'émotions accumulées.

L'hyperventilation se caractérise par une augmentation de la respiration qui amène à éliminer plus de gaz carbonique que l’organisme n’en produit.

L'hyperventilation est une réduction du gaz carbonique dans le sang causée par une respiration rapide et saccadée. Cette chute de gaz carbonique affecte plusieurs systèmes de l'organisme et cause des symptômes variés. l'hyperventilation est une réponse normale au stress. Nous en subissons presque tous les effets lorsque nous faisons face à une situation inhabituelle ou après une session intensive d'exercice. Elle peut se produire en quelques secondes, sous une forme aiguë et souvent spectaculaire, mais elle peut aussi être chronique. On parle alors du syndrome chronique d'hyperventilation.Les causes les plus communes de l'hyperventilation sont l'anxiété, la fièvre, la douleur intense, l'usage de l'alcool, la surconsommation de certains médicaments (comme l'aspirine) et de certaines drogues ou une infection sérieuse. l'asthme, la grossesse, l'altitude et l'acidose métabolique peuvent aussi entraîner de l'hyperventilation, de même que certaines maladies pulmonaires ou coronariennes et certaines pathologies du système nerveux central. Le syndrome chronique d'hyperventilation est souvent attribué à de mauvaises habitudes respiratoires.

Tous les êtres vivants absorbent l'oxygène contenu dans l'atmosphère et rejettent du gaz carbonique dans cette même atmosphère. Cet échange gazeux, essentiel à la vie, se fait lorsque nous respirons. Dans le corps humain, ce sont les poumons qui servent de lieu d'échange pour fixer l'oxygène dans le sang et rejeter le gaz carbonique. Pour assurer une ventilation adéquate, une personne en santé et au repos respire environ 12 fois à la minute. Une respiration normale implique que l'air aspiré par les poumons se rend jusqu'aux surfaces d'échange avec le sang, là où s'effectuent le passage de l'oxygène et l'expulsion du gaz carbonique. Lorsque la respiration est rapide et saccadée, la quantité d'oxygène aspiré est anormalement élevée et l'élimination du gaz carbonique par les poumons est excessive. Cette rupture de l'équilibre entre l'oxygène et le gaz carbonique, que l'on appelle alcalose respiratoire, entraîne des conséquences sur différents systèmes.
Le premier symptôme de l'hyperventilation est, évidemment, une respiration rapide et saccadée. Elle est accompagnée d'agitation, de vertiges, de fourmillements et de tremblements des mains ou des doigts, d'une vision trouble et de la sensation de flotter dans les nuages. On peut aussi noter une sécheresse de la bouche, des difficultés de concentration, des crampes musculaires, la sensation de perdre conscience, des palpitations, des douleurs thoraciques, des flatulences, de l'aérophagie et de la fatigue. Dans certains cas sévères, il peut y avoir perte de connaissance, arythmie cardiaque et des contractures musculaires allant jusqu'à la tétanie. Pour toutes ces raisons, l'hyperventilation est souvent à la source de crises de panique.

 

Syndrome chronique d'hyperventilation

Le syndrome chronique d'hyperventilation est un état relativement fréquent. En pratique générale, on évalue entre 6 et 10 % l'incidence de ce syndrome. Aux symptômes déjà connus s'ajoutent la sensation de manquer d'air ou d'être incapable de prendre une inspiration profonde, une oppression thoracique, une toux sèche, des raclements de gorge et un besoin fréquent de bâiller et de soupirer. La plupart du temps, la forme chronique est subtile mais il peut se produire des crises respiratoires aiguës. l'effort, la poussière, les odeurs fortes et le froid peuvent déclencher les symptômes. Le syndrome d'hyperventilation est parfois confondu avec d'autres maladies comme l'asthme. Certains pensent même qu'il s'agit de troubles imaginaires ou psychologiques. Les symptômes sont pourtant réels et découlent directement d'une chute de gaz carbonique dans le sang. Lorsque l'hyperventilation est fréquente, qu'on n'en connaît pas la cause et qu'elle est accompagnée de douleur, il vaut mieux consulter un médecin. Celui-ci commencera par recueillir des renseignements sur l'historique médical de la personne et procédera à un examen clinique. À partir de là, il décidera s'il y a lieu de procéder à des examens plus complets afin d'éliminer une des causes organiques de l'hyperventilation, comme une maladie pulmonaire ou coronarienne. Certains tests sont alors utilisés comme l'exploration respiratoire fonctionnelle, l'électrocardiogramme, la radiographie pulmonaire et le bilan biochimique sanguin.

La panique s'empare souvent de la personne qui fait une crise d'hyperventilation. La première chose à faire est donc de la rassurer. Le fait de respirer dans un sac en papier, de sorte que le gaz carbonique réintègre les poumons, peut apporter un soulagement des symptômes. L'intervention ne devrait pas prendre plus de 5 à 15 minutes et le sac doit être retiré dès que les signes de l'hyperventilation ont disparu. Cette méthode doit cependant être utilisée avec prudence, la manoeuvre pouvant être dangereuse pour une personne qui ferait une crise d'asthme et qui présenterait des symptômes similaires à ceux de l'hyperventilation.

Il faut se rappeler que l'hyperventilation est un symptôme. Le traitement à long terme implique donc que l'on traite les véritables causes de l'hyperventilation, que ce soit l'anxiété, un autre état ou une autre maladie. Quant au syndrome chronique d'hyperventilation, on obtient des résultats concluants par de simples exercices de correction de la respiration, mais il est parfois nécessaire d'avoir recours à la rééducation respiratoire. 

Dimanche pourtant il me semble que j'ai fait des progrès dans les deux ateliers en formulant des choses a) relativement à une chose que j'ai dite jeudi soir et dont je n'étais pas fier... plutôt le regard de stu..  une fanfaronnade pour épater la nana qui disait des bêtises plus grosses qu'elle et dont je n'étais pas fier. b) une chose par rapport au décodage de la croix et porter la croix.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article