NDE Témoignages et films divers positives

Publié le par нар хиртэлт

2002 très inéressant film avec des personnes plus simples

Lu

Nous savons désormais que la stimulation du cortex temporo-pariétal droit peut
induire la sensation de décorporation, et celle du lobe pariétal gauche, l'impression d'une présence. La notion de bien-être implique le cortex cingulaire antérieur. L'apparition d'un tunnel ou d'une lumière est, quant à elle, liée au dysfonctionnement des régions visuelles dans la région occipitale.
La mort cérébrale reste la mort. La seule preuve d'une vie après elle, c'est le don d'organes.
 
Problème la stimulation de la zone temporo pariétale n'est pas suffisante les expériences d'olaf Blake ressemblent juste de loin aux OBE de plus l'étude de Pim van Lommel et celle de Sam parnia montrent que les expériences se sont déroulées avec un électroencéphalogramme plat .
 
 
 
NDE comme EMI  malheureusement  furent et restent  des appellations non contrôlées et peu réfléchies, interrogeantes sur qui les utilise. Parce qu’il n’y avait pas « mort » qui signifie pour le commun des (pourtant) immortels qu’il n’y a définitivement plus de « vie « dans le corps définitivement abandonné. Seules SHC ou EHC pour Sortie ou Excursion ou Expérience hors
du corps étaient/sont incontestables. Alors que le « mort provisoire » de l'évoluant Jean-Jacques Charbonnier, le "Moody français",  est indéfendable,  d'autant plus que notre mal nommée "conscience" (au multiples sens) est immortelle. Dans cet esprit, il serait grand temps de bannir didactiquement le mot "mort" et de le remplacer par "dernière désincarnation", y compris pour
accrocher l’attention des uns et souligner la prise de conscience et le changement d’approche des autres. Il semble bien en effet que nous sommes des êtres, des esprits, des entités, des égos « immortels », des « animant un corps » (ou âmes) conçus « bruts » par notre Ineffable Source et Finalité appelés à croître en sage altruisme vie après vie. Et devant , sauf erreur, 
entre autres, expérimenter la douleur qu’ont ressenti tous ceux à qui, dans une de nos incarnations antérieures, en utilisant notre indispensable liberté de mal agir pour que nos actes « bons » aient de la valeur, nous avons fait peu ou prou du « tort ». Quoiqu’il en soit si les SHC, dont témoignent les chanceux bénéficiaires enviables, prouvent l’existence d’un « Outre-
Terre » , sauf pour ceux qui ont des oreilles et ne veulent pas entendre et des yeux et ne veulent pas voir, loin de la conception finalement très floue du paradis des religions anthropomorphisantes et culpabilisatrices, il est souhaitable de ne pas en rester là et de s’interroger déjà sur ce que font/feraient Outre-Terre les entités rencontrées lors d’une SHC.
 
 
Puis, si c’est « son heure », qu’on peut provoquer, il est très souhaitables de lire des choses sérieuses – de préférence totalement indépendantes des religions et autre approches bouddhistes par exemple - sur les incontestables cas de réincarnations et donc inévitablement les inter-incarnations. Surtout en restant modeste et prudent.
Alors que n'existe malheureusement pas, semble-t-il, un groupe d'échanges - ni francophone, ni anglophone - sur ce sujet bien plus qu'essentiel, essayant de faire solidement le point sur ce qui est certain, ce qui est probable, ce qui est peu probable et ce qui relève du charlatanisme peut-être même parfois sincère et désintéressé quand on parle « désincarnation », hors de tout joug
d’une religion. Avec le souci du juste mot pour la juste chose. Le souci des mots pesés pour éviter d’accroître, sinon pour voir réduire, les maux pesants.

Nicolas Bruhlart

Publié dans NDE, EMI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article