Conflits cachés

Publié le par нар хиртэлт

Lu dans un blog

L'âge de 21 ans j'ai sauté le pas et j'ai demandé la pilule à un gynéco.. dès la première prise je me suis sentie mal, je tombais dans les pommes, j'étais nauséeuse tout le temps etc.. pendant plusieurs années j'ai essayé toute sortes de marques en consultant des gynécologues masculins qui me regardaient d'un air un peu goguenard.. quand je leur expliquais tous mes symptômes.. J'étais si mal que je n'avais plus envie de pratiquer la chose; une fois en pleine nuit, chez mon amoureux, je me suis évanouie dans la salle de bain et j'aurais pu me fracasser le crâne sur le bord du lavabo. De ce jour j'ai dit stop et j'ai arrêté net- non sans voir une dernière gynécologue femme pour une fois qui du haut de son look bcbg m'a dit- c'est dans votre tête. Ulcérée je suis partie en claquant la porte.

 

Aujourd'hui avec plus d'expérience, je me suis dit il y a peu, au fond elle avait raison, pour une raison dont je n'avais certainement pas conscience, le fait de prendre la pilule me ramenait à une problématique de sexualité mal acceptée, que mon corps m'a aidé à rationaliser. Je pense que je n'avais pas eu ce conflit intérieur dont je n'avais pas conscience pensant de bonne foi vouloir... toutes les pilules m'auraient convenu; aucune ne convenait donc je pouvais évacuer ce conflit inconscient hop au placard.

Publié dans décodage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article