QI Gong sommeil

Publié le par нар хиртэлт

Bien souvent, ces problèmes peuvent être améliorés par la pratique de la méditation et celle du Qi Gong : apprendre à respirer profondément et doucement, en effectuant quelques mouvements simples et lents, apprendre à diriger l’énergie du corps pour évacuer le stress et se recharger en énergie apaisante…
Par exemple :
Vous êtes allongé dans votre lit. Dégagez vos bras des couvertures. Inspirer profondément et doucement en montant les bras sur le côté, vers le haut du corps et redescendre les bras devant, le long de la ligne médiane du corps en soufflant le son Siiiiiiii longuement (même sans faire trop de bruit !!!) et en imaginant emporter dans les jambes puis dans les pieds et enfin hors du corps, les stress, les impatiences, la chaleur excessive et tous les soucis. Imaginer que tout cela sort du corps sous forme de fumée noirâtre qui va aller s’enfoncer profondément dans la terre et être recyclée par la terre. Après chaque respiration, vous ramenez vos mains sur votre ventre, juste sous le nombril (main droite d’abord pour les femmes et vous posez la gauche sur la droite, c’est l’opposé pour les hommes).
vous gardez les mains sur le ventre et vous respirez doucement, naturellement. Sentez l’inspire et sentez l’expire comme des mouvements libres et détendus, des mouvements de bien-être dans votre corps. Souriez à votre respiration, à votre tranquillité comme si elle était installée dans votre ventre, sous vos mains. Et recommencez 2 fois ce cycle de respiration avec les mouvements de bras qui chassent les tensions dans la terre suivi de la respiration tranquille dans le ventre.
A reproduire jusqu’au sommeil !
Les mots clefs : respirer doucement, chasser par les pieds tout ce qui gêne sous forme de fumée noire, respirer dans le ventre et sentir notre propre ventre comme un gros chat qui ronronne.
Dodo assuré.
J’attends vos retours. Essayez plusieurs soirs de suite et dites-moi si ça marche !
 

Publié dans QiQong

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article