Chamanisme et supports de divination

Publié le par нар хиртэлт

Les shamanismes/animismes traditionnels (si l'on reprend l'élargissement du terme par Michael Harner : shamans, hommes-femmes médecine, marabouts, brujos-brujas, maestros...) provenaient surtout de cultures orales. Donc sans supports écrits ou strictement codifiés comme des cartes.
La "sorcellerie" Européenne (qui n'est pas forcément maléfique comme le prétend l'église), où les traditions écrites existent depuis longtemps, est le relicat des traditions pré-chrétiennes et possède de nombreux aspects similaires au/héritières du shamanisme dans nos contrées. On y retrouve des tirages de cartes "magiques" depuis longtemps.
(Je pense que Favret-Saada le mentionne dans son excellent livre anthropologique "Les mots, la mort, les sorts: la Sorcellerie dans le Bocage" ou un autre qu'elle a écrit.)
En Mongolie, j'ai eu droit à une séance d'osselets divinatoire par un shaman mongol chez qui je logeais (en fait cela avait commencé comme un simple jeu d'osselets, mais lors d'une séquence de combinaisons particulière, mon hôte a changé d'attitude et le jeu s'est muté en complétement autre chose... La transition fut assez interlocante Il ne m'a rien demandé pour cela et s'est même excusé auprès, d'avoir gâché le jeu. Ce fut un moment incroyable).
Il s'agit tant d'un jeu que d'un art divinatoire d'une culture orale.
Au Pérou et en Bolivie, j'ai observé qu'il y a parfois des cartes à jouer (joker, roi, dame ou valet) qui sont glissées sur les plateaux-offrandes par les shamans/brujos-brujas qui les composent.
J'ignore la signification exacte de ces cartes dans ce cadre, mais on voit clairement ici un des très nombreux syncrétismes qui sont présents de par le monde.
Au Guatemala, j'ai vu un shaman maya "tirer" des petits morceaux de cartons avec des dessins différents dessus, un peu à la manière d'un tarot, pour offrir des réponses à des questions posées par des locaux en marge d'une cérémonie.
Il l'a fait pour moi, et je lui ai ensuite offert 3 cigarettes, offrande traditionnelle qu'il a approuvée. (Je suis non fumeur, mais le tabac c'est l'offrande classique partout).
Je pense qu'au delà de savoir si les cartes et le tarot s'utilisent dans les traditions shamaniques anciennes, se pose aussi et surtout la question des synchrétismes religieux, spirituels et culturels.
En effet, les animismes et les différents shamanismes n'ayant pas de dogmes fixes, ils ont intégré depuis des millénaires, des éléments signifiants venus d'autres cultures.
Ainsi, le tabac, qui nous vient des Amériques (donc post 1492), est abondamment utilisé depuis au moins deux siècles par les shamans sibériens et mongols. De manière similaire, l'alcool, qui est un apport européen, est presque toujours présent dans les cérémonies et offrandes en Amérique latine.
Que des cartes ou le tarot soient repris partiellement ou totalement par des shamans ne me surprendrait pas plus que ça.
Par contre il y a une nette différence entre les utiliser, si cela se met, dans une cérémonie shamanique ou pour une divination, et balancer cela à tout va et de façon hyper mercantile sur des pages consacrées au shamanisme (ou à toute autre pages consacrées au spirituel, en fait.).
Le problème n'est pas la présence d'éléments syncrétiques, je pense, que les manifestations

Au Pérou et en Bolivie ils utilisent aussi les feuilles de coca à des fins divinatoires.

Autant je peux témoigner des feuilles de coca également.
Autant, en effet, en fonction de ce qui m'a été donné d'observer sur le terrain, le support divinatoire lui-même importe peu. Et de nombreux shamans traditionnels s'adaptent à la modernité, dans des démarches parfois assez synchrétiques.
Autant, aussi, je soutiens la politique de ce groupe, l'un des rares à ne plus tolérer le bullshit absolu qui envahit de plus en plus les sphères shamaniques et spirituelles (j'ai été absolument atterré par la propagation de théories du complot et autres arnaques depuis quelques mois dans le milieu).
Donc j'adhère pleinement à la démarche de devoir fournir des sources-références un tant soit peu sérieuses pour soutenir ce qu'on avance.
D'après ce que je vois, les témoignages sérieux du terrain sont aussi acceptés.
Je n'en peux des personnes qui se proclament auto-initiées parce qu'elles vont souvent dans la nature, remplies de certitudes, voire de dogmes tous faits (sans références reconnues).
Partout dans les sociétés traditionnelles, un-e shaman ne l'est qu'après avoir manifesté des prédispositions, après un long apprentissage, une ou plusieurs initiations (qui, dans certains cas, mettent le-la shaman en contact avec son-ses esprits/guides) et surtout le fait d'être reconnu-e comme tel-le par d'autres shamans reconnu-e-s eux-elles mêmes.
Ce n'est qu'après cela que le-la shaman reçoit potentiellement de lui, ou d'elle, même des apprentissages des esprits, des guides.
Et encore, ceux-ci sont le plus souvent cryptiques, allégoriques et/ou symboliques. Une des parties de l'apprentissage pour devenir shaman consiste à savoir comment les interpréter. Et cela, c'est très culturel.
Donc merci à cette politique de ce groupe, je trouve cela rafraîchissant.

merci pour ces deux post passionnants et dont je vous remercie. Je suis assez sur votre ligne de pensée. .Osselets, cailloux, autres.. quand la "transe" devient moins centrale comme mode d'accès aux esprits, le support devient la "nouvelle transe"/support divinatoire/de connexion à un état de conscience différent. Dans la Babylone antique des haruspices lisaient dans des entrailles d'animaux et avaient établi des cartes de lectures..

Les cartes ne sont que des supports de divination.
Les plus anciennes connues ont moins de mille ans et elles nécessitent de maitriser le papier.
Les supports divinatoires eux sont infinis.
La divination est une des technique de base du chamanisme, propre à contacter les autres réalités et obtenir des informations.
Pour ceux qui ont besoin des paroles d'une autorité reconnue pour accepter l'évidence, je cite Mircea Eliade dans "Le chamanisme et les techniques archaïques de l'extase" sur quelques cas de divination (il en décrit de bien plus nombreux)
"La divination par une omoplate de bélier ou de brebis, très répandue chez les Kalmouks, les Kirghiz, les Mongols, ou par une omoplate de phoque chez les Koryaks."
"Les Toungouses pratiquent une sorte de divination limitée qui consiste à jeter la baguette en l'air: la position de la baguette une fois retombée donne la réponse à la question posée."
"Les chamans samoyèdes pratiquent aussi la divination à l'aide d'un bâton marqué de certains signes et qu'on jette en l'air: on lit l'avenir dans la position du bâton retombé à terre."
"Dans le chamanisme Yukaghir, on n'entreprenait rien sans procéder à la divination par les cranes; on utilisait pour cela la méthode la plus connue dans l'Asie arctique: la lourdeur ou la légèreté du crane."
"Divination par le tambour des prêtres Bon de Sikkim et du Bhoutan, technique comparable à celle des chamans sibériens"
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article